Les Discus

Les Discus

Les principales maladies

Les principales maladies de l'aquariophilie

Écrit par Alain

 

Il n'existe pas de poissons malades, c'est l'aquarium qui est malade.

Si l'hygiène de votre bac n'est pas au point, vous aurez des poissons malades.

 

 

Les maladies auxquelles ont peut être confrontées sont de quatre ordres.

 

Maladie d'origine virale

Maladie d'origine mycosique

Maladie d'origine bactérienne

Maladie d'origine parasitaire.

 

Les infections virales

 

Elles sont très rares dans nos aquariums d'eau chaude, beaucoup plus courantes en eau froide.

 

La principale infection que l'on pourra rencontrer dans nos bacs, c'est la Lymphocytose.


Cette maladie apparaît de prime abord sur le bord des nageoires.

Au début apparaît un point blanc qui va grossir jusqu'à atteindre la taille respectable de 0,5cm.

 

Il n'existe pas de traitement à cette maladie.

Une ablation de la partie atteinte est des fois nécessaire.

Dans un environnement sain, il peut y avoir une résorption de la tumeur.

Le poisson atteint devra être impérativement mis en isolation, cette maladie pouvant être contagieuse par contact.

 

 Cas extrême de Lymphocytose



Les mycoses.

 

Les mycoses se présentent généralement sous forme d'une boule cotonneuse. La plus courante  est une infection par Saprolegnia.




Elle apparaît souvent à la suite d'une petite blessure ou lésion et/ou suite à une infection bactérienne ou parasitaire.

 

Traitement :

Dans un premier temps, il faudrait diagnostiquer la cause réelle de cette infection. Avec une bonne hygiène et des changements d'eau, la guérison devrait intervenir toute seule.

Les médicaments aquariophiles sont efficaces contre cette maladie.

 

Conseil :

Il ne faut pas confondre les mycoses avec des boules cotonneuses provoquées par une infection bactérienne provoquée par des ciliés, appelée fausse mycose. Ne pas confondre non plus avec une altération des tissus pouvant être provoquée par des parasites de la famille des Tetrahymena.

 

 

Les infections bactériennes.

 

Ce sont celles que l'on rencontrera le plus souvent dans nos aquariums à cause des températures élevées.

 

La plupart du temps ces maladies se reconnaissent par des taches cutanées blanches ou rouges, par un excès de mucus.

 

La cause la plus souvent rencontrée lors de ces infections, c'est un manque d'hygiène du bac et/ou une infection parasitaire.

 

Il est difficile de donner le bon traitement, car suivant les infections, nous n'utiliserons pas le même antibiotique.

Dans un premier temps, les changements d'eau de l'ordre de 50% par jour permettent de résorber la maladie.

 

Les principales infections bactériennes.

 

Columnaris.



Le poisson atteint présente des taches blanches qui prolifèrent sur tout le corps.

La maladie se déclare souvent sur la queue ou la nageoire dorsale, puis s'étend sur l'ensemble du corps, infectant par la suite les branchies.

 

Mycose buccale.

 

Cette infection commence sur le pourtour de la bouche pour s'étendre sur la tête puis l'ensemble du corps. Elle présente un dépôt blanchâtre, ce qui fait croire à une mycose.

 

Hydropisie


Suite à une infection interne, le système de régulation osmotique ne fonctionne plus ce qui provoque une accumulation de liquide à l'intérieur de la paroi abdominale.

 


La pourriture des nageoires.

 

Les nageoires commencent à s'effilocher, puis à se décomposer. Les nageoires présentent également des bords blanchâtres. Cette maladie est causée par manque d'hygiène ou lors de transports de poissons.

 

Mycobacterium.


Cette maladie est attrapée par injection de nourriture contaminée, par les déjections de  poissons contaminés.

Le poisson devient apathique, manque d'appétit, reste dans la fond du bac, présente une altération des couleurs.

 

 

Les infections parasitaires

Les parasites sont toujours présents dans l'environnement d'un poisson. En petite quantité, ils sont  inoffensifs, mais lors de dérèglement de l'environnement du poisson, c'est l'envahissement..

 

Les parasites externes

 

L'Ichthyophthirius

 

C'est la maladie des points blancs.

Le parasite s'incruste sous la peau ce qui le rend insensible au médicament.

Lorsque le parasite passe à l'âge adulte, il quitte le poisson infecté pour donner naissance à plus de 1000 spores, et laisse une plaie dans le mucus protecteur de son hôte, ce qui peut provoquer une infection bactérienne.


Piscinoodinium, (oodinium)

 

Le poisson présente une fine couche granuleuse sur la peau. Les points difficilement visibles, sont de couleurs jaunâtres.

Les poissons serrent les nageoires, se frottent, et présentent des troubles respiratoires, présentent également une couche de mucus.

Le poisson semble avoir été saupoudré de points blancs


L'Ichthyobodo.(Costia)

 

Ce petit parasite apparaît surtout sur les poissons stressés ou dans les bacs à l'hygiène douteuse.

Le poisson présente un voile duveteux sur le corps, visible suivant l'inclinaison du poisson et l'éclairage.

Le poisson est apathique, manque d'appétit, les couleurs s'assombrissent, la respiration devient difficile

 

Le Chilodonella

 

Ce parasite peut provoquer des lésions très graves surtout dans des bacs surpeuplés et pollués.

Il affecte surtout les branchies.

 

Le Tetrahymena

 

Ce parasite creuse  généralement un trou dans les tissus, ce qui provoquera par la suite une infection bactérienne.

Le poisson atteint présente des taches cutanées autour des yeux, sur la tête et sur le corps, de petits cratères apparaissent qui grossiront  pour arriver à des plaies ouvertes.




La fausse mycose

 

Cette maladie est provoquée par des parasites pédiculés ou sessiles.

Le parasite provoque de petites plaies ulcérantes sur lesquelles se développeront une infection bactérienne secondaire. De petites boules cotonneuses  apparaissent sur le bord des nageoires faisant penser à une mycose.



Les parasites internes


Spironucleus et Hexamita.

 

Ce parasite vie en permanence dans les intestins des poissons. Lorsque l'environnement ou la qualité de la nourriture sont déficient, ce parasite va se multiplier, perforera les parois des intestins, et en circulant dans le sang, infectera les organes épurateurs comme le foie, les reins, la rate.

Le poisson va s'assombrir, maigrir puis mourir.

Les déjections du poisson présenteront un aspect blanchâtre, translucide,  dû à la sécrétion de mucus à l'intérieur des intestins.

 

Les parasites pluricellulaires (métazoaires)

 

 

Les vers externes

Les vers de peau (Gyrodactylus) et vers de branchies.(Dactylogyrose)

 

Le Gyrodactylus est le vers de peau le plus fréquemment rencontré en aquariophilie. Il infecte également les branchies.

Les poissons se frottent, sont craintifs, et produisent un excès de mucus qui peut aller jusqu'à pendre par lambeaux le long du corps.

Pour les infections des branchies, le poisson ouvre en grand les opercules, ou alors respire de façon unilatérale, pipe à la surface.



Les vers internes


Il faut savoir que nos poissons sont en permanence porteurs de vers. Seule une bonne hygiène, de bonnes conditions de maintenance et une bonne nourriture permettront à nos poissons d'éviter une prolifération des ces hôtes.

Dans le cas d'infection par les vers, il n'est pas rare d'avoir en plus, une infection de l'Hexamita.

 

Les nématodes ou vers ronds (capillaria et Camallanus)


Ces vers infectent surtout les poissons issues de milieux sauvages. Les excréments sont blanchâtres et visqueux. En cas de forte infection, il n'est pas rare de voir les vers sortir de l'anus. Ils ressemblent à de petits tentacules.


Les cestodes ou vers plats (Tænia)


Ces vers infectent plus couramment les poissons d'élevage. Les excréments sont segmentés et annelés.

 

Autres maladies

La maladie des trous

 

Photo Aquapassion

Cette maladie n'en est pas une en réalité. Elle est provoquée par un manque de calcium. Le poisson en manque de calcium va le prendre où il peut, c'est-à-dire dans le cartilage du squelette de la tête.

A l'endroit où il prélève le calcium, se forme un trou qui peut provoquer une infection.

De bonnes conditions d'hygiène et une nourriture riche et vitaminée sont les meilleures des préventions.

 

 


La peste du Discus

 

 


Cette maladie est apparue peu de temps après Tchernobyl, coïncidence ?

Elle est apparue en Allemagne, puis s'est étendue en Asie.

En Europe, lorsqu'un bac est atteint, l'introduction de nouveaux poissons en est souvent la cause, et ces poissons proviennent souvent d'Asie.

Il a été également remarqué que cette maladie arrivait souvent au printemps et en automne.

Cette maladie a été appelée « peste du discus » parce qu'elle se propage à une vitesse vertigineuse.

Toutes les recherches effectuées jusqu'à présent pour en déterminer le facteur déclenchant sont restées vaines.

 

Un diagnostic précoce est primordial.

 

L'Exophtalmie

 

L'Exophtalmie est un peu à part dans les maladies, car elle peut être d'origine mycosique, bactérienne ou parasitaire.

Et il n'est pas possible de faire un diagnostique précis de la cause.

Les changements d'eau sont encore là, le seul moyen simple de guérir de cette maladie.

 

Les traitements

 

Le meilleur des traitements c'est une bonne maintenance, une bonne nourriture, une bonne hygiène.

Ne pas introduire de poissons s'en effectuer une bonne quarantaine, et éviter toute situation de stress.

 

Si malgré toutes ces précautions, votre poisson est victime de maladie, avant d'effectuer le moindre traitement, un diagnostic précis est primordial.

Un traitement, quel qu'il soit, agresse un poisson. Si le traitement n'est pas adapté, il peut faire mourir votre poisson.

 

Après tout déclenchement de maladie, de signes inhabituels chez vos poissons, des changements d'eau de l'ordre de 50% par jour devront impérativement être effectués.

 

Si, malgré tout, cela ne s'arrange pas, il faudra passer par une médication.

 

Les médicaments utiles

 

Ceci n'est qu'une petite liste de médicaments à avoir dans son armoire à pharmacie. Cette liste couvrira la plupart des besoins.

 

Parasitop d'Aquascience. Ce médicament est adapté pour les parasites et les vers externes.

 

Prévention+ de Tyca. Ce médicament est un bon désinfectant qui en plus est antimycosique et antiparasitaire

 

Baktopur direct de Sera ou Furanol de JBL. Ces médicaments contiennent du Nifupirinol, qui est un antibiotique à large spectre spécialement étudié pour un usage aquariophile. De plus cette molécule pénètre très bien à l'intérieur des tissus et est donc efficace lors d'infection interne.

 

 



26/07/2008
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 14 autres membres